Accueil du site > Lexique > Abbé

Abbé

samedi 12 novembre 2016, par Eglises du Perche Ornais

Étymologiquement, de l’araméen "abba" : père.
Supérieur d’un monastère d’hommes érigé en abbaye ; il dispose de pouvoirs et de privilèges particuliers.

Un abbé est un moine chrétien élu par ses pairs pour diriger un monastère, une abbaye ou une communauté canoniale au service d’une basilique.
Abbé régulier :
Anciennement, les abbés réguliers devaient avoir au moins vingt-trois ans (vingt-cinq s’ils étaient électifs), être de naissance légitime, avoir fait profession dans l’ordre. Aujourd’hui, ils doivent généralement, pour pouvoir être élus, être prêtre et avoir fait profession religieuse perpétuelle (ou vœux solennels) depuis sept ans. Ils administrent le temporel du monastère, reçoivent les religieux lors de leur profession solennelle, leur donnent la tonsure. Autrefois, ils leur conféraient les bénéfices dont le monastère avait la collation. Ils ont sur leurs religieux un droit de juridiction, une autorité qu’il leur est recommandé de n’exercer que par la voie de la patience et de la douceur. Les moines le désignent généralement sous le nom de « père abbé ». Sa titulature est Très Révérend Père (=TRP)
Abbé mitré :
Ce terme désigne un abbé, dont le pouvoir d’ordre et de juridiction a été solennellement reconnu par la bénédiction abbatiale conférée par un évêque mandaté par le Saint-Siège. L’abbé élu obtient alors le droit de porter certains insignes épiscopaux : mitre (d’où son nom), crosse (insigne de juridiction, pasteur) et anneau (lien avec l’Église). Notons que les abbés mitrés, qui ont eu la bénédiction abbatiale, peuvent célébrer une messe pontificale comme un évêque sacré.
Abbé laïc :
Les carolingiens créèrent des abbés laïcs : laïcs titulaires de droits sur une abbaye, et qui ne sont donc pas des religieux. Hugues Capet fut ainsi abbé laïc des abbayes de Saint-Martin de Tours et Saint-Denis. Il doit d’ailleurs son surnom à la chape d’abbé qu’il portait fréquemment. Pour des raisons similaires, l’oncle maternel de son grand-père (Robert Ier) était dénommé Hugues l’Abbé. Lorsqu’un abbé laïc était nommé dans une abbaye, celle-ci était en fait dirigée par le prieur.
Abbé commendataire :
Les abbés commendataires formaient un système semblable aux abbés laïcs : François Ier, après le concordat de Bologne de 1516 établit ce système en France. Les abbés commendataires ont possédé la plupart des abbayes françaises jusqu’en 1790.
Titre donné à tout ecclésiastique. (Le titre de monsieur l’abbé est de plus en plus remplacé par celui de père.)